Campagne ou Ville

Campagne vs ville : y-a-t-il un impact sur la dermatite atopique ?

Rédigé en partenariat avec le Dr Clarence De BELILOVSKY, Dermatologue membre du cercle des experts Mustela
 
En adoptant quelques bonnes habitudes au quotidien, votre bébé aura toutes les raisons de vivre bien... partout.
 

Ville : quelle hygiène de vie adopter avec l'eczéma atopique de bébé ?

C’est vrai que les villes sont plus polluées. Poussière, impuretés, petites particules provenant des gaz d’échappement... Cette pollution met la peau en contact avec des éléments allergènes (v. notre dossier sur l’eczéma atopique). Elle rend également le pollen plus irritant. Pour cela, vous pouvez glisser un brumisateur et votre soin émollient dans votre sac si vous pensez que votre enfant risque d’y être particulièrement exposé, lors d’une sortie par exemple. Pour le reste, une bonne douche en rentrant le soir peut tout simplement lui permettre de se débarrasser de ces parasites et le préparer à une bonne nuit. Là aussi, les soins émollients  spécifiques bébé-enfant seront de vifs alliés (v. Les bienfaits des émollients).
 
Et rassurez-vous, une seule douche suffit. Pour se sentir tout propre dans cet environnement, nous avons tendance à avoir une hygiène trop poussée en ville. Pour autant, cette habitude pourrait participer à assécher la peau de bébé. Ensuite, en exposant moins votre enfant aux microbes, son système immunitaire s’active plus que nécessaire quand il s’y trouve confronté. Ce qui peut le rendre plus sensible aux allergies.
 
Même chez les bébés atopiques, le système immunitaire a besoin d’être stimulé par des infections dans la petite enfance. Faire attention à la poussière ou aux acariens pour éviter l’apparition de l’eczéma atopique, c’est très bien. Faire attention à tout, ça n’aide pas forcément à en venir à bout. D’ailleurs, les enfants touchés par l’eczéma atopique sont plus nombreux dans les villes où l’hygiène peut être excessive. 
 
En parlant de douche, l’eau du robinet peut jouer un rôle. Selon son niveau de calcaire, sa qualité bactériologique, les traces éventuelles de pesticides, elle aura une influence dans l’assèchement ou l’irritation de la peau. Ici, tout dépend des régions et de la population : plus il y a d’habitants, plus les contrôles sont réguliers. Et plus les contrôles sont réguliers, plus l’eau est de qualité. Vous l’aurez compris, l’eau en ville pourrait être moins agressive pour la peau sensibilisée de bébé... Bon point de ce côté là. Si besoin, pour compenser les effets desséchants de la toilette, vous pouvez utiliser une huile de bain spécifique bébé-enfant.
 
Enfin, et aussi étrange que cela puisse paraitre, un moyen efficace de lutter contre la pollution urbaine... est d’aérer votre intérieur ! En effet, les allergènes et autres impuretés ont tendance à s’y loger et leur concentration peut devenir de plus en plus importante s’ils restent « enfermés ».
 

Campagne, montagne : quelle hygiène et pratiques de vie avec l'eczéma atopique de bébé ?

Côté campagne et montagne, l’air pur est toujours un avantage que l’on désirerait offrir à son enfant, qu’il soit atopique ou non. Si vous habitez à la montagne, vous lui offrez peut-être en plus un monde (presque) sans acariens ! En effet, s’ils adorent les intérieurs pour la chaleur, les acariens détestent vivre en altitude. Car à partir de 1500 mètres, il fait rarement plus de 25°, leur température fétiche. 
 
Cependant, qui dit « air pur », dit aussi plus d’animaux et de plantes. Selon la sensibilité de votre enfant, ils peuvent avoir une influence sur les réactions ou allergies. Au printemps, la forte présence de pollen peut également venir titiller son système immunitaire. 
 
Là aussi, un brumisateur et votre soin émollient à portée de main seront une bonne arme. Tout comme une douche par jour, de préférence le soir, et l’application de soins émollients qui resteront un bon moyen de protéger la peau de votre bébé. 
 
 
Réagissez à cet article

Envoyer par Email