Sur le chemin de la diversification alimentaire

Entre la naissance et deux ans, votre bébé va évoluer à une vitesse extraordinaire et chacun de ses progrès sera une nouvelle source d’émerveillement pour vous. Découvrez avec nous les grandes étapes de son développement et comment échanger avec lui pour l’aider à stimuler son éveil.

Vers 6 mois, votre bébé va faire ses premiers pas dans un nouveau monde : celui de l’alimentation solide. Compotes et purées feront désormais partie de son quotidien, et il aura le plaisir de découvrir une multitude de nouvelles saveurs au fil des jours. Découvrez nos astuces pour guider ses débuts d’apprenti gastronome !

LE BON AGE

Durant les 6 premiers mois de sa vie, le lait maternel ou infantile couvre tous les besoins nutritionnels de votre bébé et lui offre la meilleure protection contre les allergies alimentaires. Mais à partir de 6 mois, le système digestif de votre enfant a suffisamment mûri pour un premier contact avec d’autres aliments. Dans certains cas, votre pédiatre pourra vous conseiller de commencer la diversification un peu plus tôt, vers 4 mois : fiez-vous à son avis. Quoi qu’il en soit, la transition doit se faire tout en douceur, et le lait restera encore pour quelque temps la base de l’alimentation de votre bébé.

PAR QUOI COMMENCER ?

Depuis plusieurs mois, votre bébé vous regarde sans doute manger avec curiosité et envie… Son premier repas solide est une vraie fête, pour lui comme pour vous ! Un nouveau monde d’expériences sensorielles s’ouvre à lui. Commencez par quelques cuillerées de purée d’un unique légume (carottes, courgette, haricots verts ou blancs de poireau cuits à la vapeur et mixés sans sel) pour voir si votre bébé le supporte bien : en cas de réaction cutanée ou de problème digestif, vous saurez qui est le responsable ! Vous pourrez passer à un autre légume après deux jours, puis faire des purées multi-légumes quand vous les aurez tous testés. En alternance, proposez à votre enfant des compotes de fruits cuits et mixés sans sucre (pomme, poire, pèche, banane), en évitant les fruits exotiques. Ne vous inquiétez pas si votre bébé se montre un peu constipé les premiers jours : son système digestif doit simplement s’adapter à cette nouvelle alimentation. Introduisez d’abord ces extras au repas de midi, avant la tétée ou le biberon, puis aussi au goûter, en conservant un repas lacté le matin et le soir.

LES ETAPES SUIVANTES

Après quelques semaines, vous pourrez commencer à ajouter de la viande en très petite quantité dans ses purées : 10g de bœuf, veau, poulet, jambon ou agneau maigre parfaitement mixés (une cuillère à soupe environ). Si votre famille présente un terrain allergique, mieux vaut attendre 1 an avant d’introduire les œufs et le poisson. Pensez à ajouter une noisette de beurre ou un filet d’huile d’olive à ses petits plats : les matières grasses sont importantes pour le développement de votre bébé. Vous pourrez aussi lui proposer en dessert des petits suisses allongés d’un peu d’eau ou du fromage blanc. N’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre pour enrichir peu à peu ses menus.

PETITS POTS OU PETITS PLATS MAISON ?

Bien sûr, les purées préparées à la maison avec des légumes frais sont incomparables sur le plan gustatif. Cependant, les petits pots du commerce sont fabriqués avec des matières premières de qualité et sont tout à fait équilibrés pour les bébés : n’hésitez pas à y faire appel lorsque vous n’avez pas le temps de cuisiner vous-même. Les légumes surgelés peuvent aussi vous permettre de gagner du temps dans vos préparations. Enfin, pensez à préparer vos purées et compotes en plus grandes quantités et à les congeler vous-même dans de petits contenants : une solution pratique pour les jours où vous êtes pressée !

Vous aimerez aussi

Image
advice_serenite_mini.jpg

Douleur pendant la grossesse : comment distinguer une contraction et une douleur ligamentaire ?

Image
accouchement papa
Grossesse

Préparer la naissance

L'accouchement côté papa